Breton.ne.s et féministes

Breton.ne.s et féministes

Explorer les féminismes en Bretagne.

Aurélie Fontaine

Le podcast qui explore les féminismes en Bretagne et qui décentralise la parole. Tous les mois, deux entretiens ou reportages.

En cours de lecture

Entretien avec Charlotte Puiseux, militante handiféministe.

Aujourd'hui, pour ce vingtième épisode, on va parler handicaps et féminisme avec Charlotte Puiseux, docteure en philosophie, militante handiféministe et membre des Dévalideuses, un collectif handiféministe donc.
J'ai discuté avec deux autres membres de ce collectif au festival de littérature féministe Les dangereuses lectrices, qui s'est tenu a Rennes en septembre dernier. Elles y présentaient leurs actions.

Dans cet entretien Charlotte Puiseux nous explique que les femmes handicapées subissent deux dominations, une double peine. Celle du patriarcat, du sexisme, et aussi celle du validisme. Le validisme c'est une discrimination basée sur le handicap. Un système d'oppression qui considère que les personnes valides sont supérieures aux personnes handicapées, que ce soit un handicap physique ou mental.
Double peine encore pour les femmes handicapées, qui selon un rapport de l'ONU, sont dix fois plus exposées aux violences sexuelles que les femmes valides.
On parler aussi ici de l'allocation adulte handicapée, de la place des femmes handicapées dans les mouvements féministes et dans les études de genre.

Vous pourrez bientôt découvrir le livre de Charlotte Puiseux, De chair et de fer, vivre et lutter dans une société validiste, qui sortira en février, aux éditions La Découverte.

Crédit photo : DR.
Chant : Penn Sardin par la chorale féministe MEUFs !
Mea culpa : dans l'entretien je parle de l'AAH comme étant conjugalisé. Il faut bien sur entendre déconjugalisé. Désolée pour cette erreur.

En cours de lecture

Entretien avec Alice Boinet, programmatrice artistique du festival Art Rock.

Aujourd'hui pour ce 19 ème épisode on va parler féminisation de la programmation des musiques électroniques et urbaines dans les festivals. Cet épisode du podcast est la continuité d'une table ronde auquelle j'ai assisté sur le sujet.
Fin septembre, il y a eu à Morlaix, dans le Finistère, le festival Panoramas, et c'est à cette occasion que les professionnels du secteur ont pu échanger autour de cette question, se demander justement pourquoi il y a encore aussi peu de femmes sur scène, mais aussi dans les métiers de la programmation, de la technique.

Cette table ronde a été organisée par le collectif des festivals et par HF Bretagne, une association qui milite pour l'égalité entre les femmes et les hommes dans l'art et la culture en Bretagne.
Alice Boinet, la programmatrice du festival ArtRock à Saint-Brieuc, était présente, et c'est elle que vous allez entendre dans cet épisode.

Pour aller encore plus loin, le festival Astropolis, le collectif des festivals, HF Bretagne, le collectif Orange bleue et Supermab lancent un projet de lutte contre les inégalités femmes/hommes et contre les violences sexistes et sexuelles dans le secteur des musiques actuelles en Bretagne. On en saura plus fin octobre, et ce sera bien sûr relayé par Breton.ne.s et féministes !

Crédit photo : Gwendal Le Flem.
Chanson Penn Sardin par la chorale féministe MEUFs !

Dans l'entretien, Alice Boinet parle de "female gaze". C'est le regard féminin, particulièrement au cinéma. Iris Brey, journaliste et autrice, a écrit un livre sur le sujet : Le regard féminin, une révolution à l'écran, aux éditions de l'olivier. Voici sa définition du regard féminin : " un regard qui adopte le point de vue d’un personnage féminin pour épouser son expérience ".

Vous pouvez également retrouver les dernières statistiques de HF Bretagne sur leur site internet.

En cours de lecture

Entretien avec Marie Albert, qui marche contre les violences sexuelles

Pour ce 18ème épisode et premier de la saison 2, on part sur des chemins de randonnées avec Marie Albert, qui fait un tour de France à pied contre les violences sexistes et sexuelles. 
Cet été, la journaliste et militante féministe a marché et campé seule sur le GR34, le sentier de randonnée qui longe la côte bretonne. Elle est partie de Lannion le 10 juin,pour ensuite passer par Plouescat, Morlaix, Daoulas, la presqu’île de Crozon,Concarneau, Vannes… 
Avec elle on parle de la marche comme moyen de se réapproprier l’espace public, de se réapproprier son corps,de ce qu’elle subit sur la route et de la marche comment moyen d’engagement féministe.  
Marie marche encore jusqu’au 10 octobre, date à laquelle elle arrivera à Arcachon. L’été prochain elle randonnera dans les Pyrénées.
Vous pouvez suivre son Survivor tour sur Instagram, sur son compte Mariealbertfr. 
Dans cet épisode, Marie raconte qu'elle pratique l'auto-défense féministe. Pour en savoir plus, vous pouvez écouter l'épisode 16 "Entretien avec Pauline, animatrice de stage d'auto-défense féministe". 
(L'entretien avec Marie a été enregistré à distance et dehors. La qualité sonore s'en ressent parfois. Désolée pour ça !). 
Pour soutenir le Survivor Tour, la cagnotte de Marie : https://fr.tipeee.com/mariealbertfr
Son compte Instagram : https://www.instagram.com/mariealbertfr/?hl=fr

Crédit photo : Clara Albert.
Chanson Penn Sardin par la chorale féministe MEUF's !

En cours de lecture

Entretien avec Amandine Hancewicz, autrice de Eduquer sans préjugés.

Aujourd'hui c'est le 17ème épisode et ce sera le dernier avant l'été. Reprise en septembre, pour les un an du podcast !
On va parler éducation non-sexiste avec la rennaise Amandine Hancewicz, qui est l'autrice, avec Manuela Spinelli, du livre Eduquer sans préjugés, pour une éducation non sexiste des filles et des garçons, paru aux éditions JC Lattès.

On va expliquer ici les mécanismes qui se jouent dans cette éducation sexiste, comment il est difficile de s'en défaire, même en ayant conscience que les enfants ne sont pas éduqués pareil selon si ils et elles sont garçons ou filles.
On apprendra aussi pourquoi le rose est associé aux filles et le bleu aux garçons. Spoiler alert, ce n'est que du marketing !
Pas question ici de culpabiliser les parents, d'imposer encore d'autres injonctions qui pèsent déjà beaucoup sur les parents, et en grande majorité sur les mères.

Crédit photo : Yves Rousseau. De gauche à droite : Manuela Spinelli et Amandine Hancewicz.
Chanson Penn Sardin par la chorale féministe MEUF's !

En cours de lecture

Entretien avec Pauline, animatrice de stages d'autodéfense féministe.

Aujourd'hui, pour ce seizième épisode on va parler d'autodéfense féministe, et de ce que cela veut dire exactement. On va en discuter avec Pauline, qui anime des stages d'autodéfense en Bretagne, et notamment avec AntiDotes, une association féministe basée à Rostrenen.

Il existe plusieurs méthodes d'autodéfense féministe. Ici on parle de la méthode Riposte, celle pratiquée par Pauline. Ce sont des techniques, physiques et psychologiques, basées sur ce que les femmes peuvent faire pour arrêter ou prévenir une agression. Cette méthode a aussi une approche intersectionnelle. Il existe par exemple des stages pour les femme sourdes et malentendantes ou les hommes transgenres. L'objectif est que les participantes aient vraiment confiance en elles pour se sortir de situations de violences sexistes.

Pour aller plus loin :
Un entretien avec Amelia, formatrice d'autodéfense à l'association ARCAF, qui donne des pistes d'autodéfense sur les violences conjugales.
https://radiogalere.org/?playlist=2020-04-15-libredebat

Une video de l'association Faire Face, sur l'autodéfense en période de confinement.
https://www.youtube.com/watch?v=xYGEvS-0u4Q&t=7s&ab_channel=AssociationFaireface

Chanson par la chorale feministe MEUFs !